Pageas

PAGEAS, chef-lieu de commune dans le canton de Châlus, qui a une superficie de 2 790 hectares et 1 409 habitants. Son altitude au-dessus du niveau de la mer est de 509 mètres à la limite orientale de la commune et seulement de 363 mètres près du bourg.
 

  • Histoire ecclésiastique

Pageas était une cure dans l’ancien archiprêtré de Nontron, dont la fête patronale était celle de Saint-Pierre-ès-Liens. L’évêque de Limoges y a toujours nommé les titulaires, ainsi que des documents le constatent, depuis 1570. Au XVIIIe siècle on y comptait 1 500 communiants, environ 2 000 habitants.

Une vicairie fondée dans la Chapelle-des-Experts à Châlus, vers 1367, par Pierre Dupont, prêtre de la ville de Châlus, fut unie à la cure de Pageas vers 1425 par Hugues de Roffignac, évêque de Limoges.:

L’église de Pageas a été reconstruite en 1492 et 1499. Il y avait une chapelle dans le cimetière, 1450, mais elle était en ruine au XVIIIe siècle. Aujourd’hui, l’église possède deux cloches portant les deux inscriptions suivantes : « L’an 1854 j’ai été baptisée par M. Courbarien, curé de Pageas. J’ai eu pour parrain Jacques Audoynaud, maire de cette commune, et pour marraine dame Marie Nadaud-Manet, née Descubes, qui m’ont donné les noms de Jacques Marie-Caroline. - Peignier et Guyot, fondeurs à Angoulême. » Cette cloche pèse 725 kilos.

« Je m’appelle Marie. Marraine Marie de Félix de Muy, marquise de Coustin du Masnadaud. Parrain M. Léon du Mazaubrun, Maire, M. Edouard Raymondaud, 1889. - Donateurs MM. Jean-Baptiste Courbarien ancien curé de Pageas, et Jean-Baptiste Mérigaud curé
actuel. Fonderie de cloches à Rodez (Aveyron). Maison Triadou fondée en 1610. Amans Triadou. »


Les curés de Pageas connus, sont :
- Bernard Dumas, le 16 mars 1450.
- N… Demeynier, le 18 août 1652.
- Jacques Nadault, en juin 1671.
- N… Bardy, le 29 juillet 1759, mourut en mai 1769.
- N… Marboutin, nommé en mai 1769.
- N… Dépéret, nommé en 1769, mourut en juin 1772.
- Vincent Bardy, nommé en 1772, résigna au suivant en 1783.
- Pierre Grosbras en 1783, mourut en juillet 1784.
- Nicolas Beaure, 1784, fut déporté pendant la Révolution.

- Après le Concordat, Claude Lamothe fut nommé curé de Pageas en 1804, mourut en juillet 1833.
- Gilbert Michel Mergoux y était en 1835
- Jean Courbarien en 1836.
- Jean-Baptiste Mérigaud nommé en 1881.
- Léonard Bureau en 1892.
- Jean Tricard en 1908.
- François Péaron en 1912

 

  • Lieux-dits

Les villages de la commune de Pageas sont
Age (L’).
Bonneitigne.
Borie (La).
Chez-Eymard.
Fossés (Les).
Garde (La).
Guérenne (La).
Jourdaigne ou Jourdanie (La).
Landrevie.
Lautrete.
Mas (Le).
Masaubert (Le).

Masnadaud (Le), où était une chapelle en 1505. Lieu d’origine de la famille Nadaud. En 1296, Jean Nadaud, docteur en lois, vivait noblement. Noble Martial de Fougeyrat, seigneur du Masnadaud en 1461 et 1492, maria sa fille Isabeau de Fougeyrat à Foucaud de Coustin qui devint seigneur du Masnadaud et dont les armes sont d’argent au lion de sable armé et lampassé de gueules. La terre du Mas Nadaud est sortie de la famille de Coustin. en 1921.

Mazaubrun (Le), où se trouve une motte féodale bien conservée, appartenait à la famille du Bouchaud du Mazaubrun, dont les armes sont d’or au lion d’azur, lampassé et couronné de gueules, sur une terrasse de sinople mouvant de la pointe.

Moulin du Temple.
Périgné, fief appartenant à la famille de Lambertie, qui a pour armes d’azur à deux chevrons d’or.
Pétavigne (La).
Puy (Le).

Puybonnieux, était une cure en 1293, une préceptorerie en 1340. C’était une commanderie en 1365, sous le patronage de la Nativité de la Sainte Vierge. Elle appartenait aux chevaliers de la milice du Temple en 1224 et 1292 et à la commanderie de Limoges en 1501. Sébrand, évêque de Limoges, y avait béni un cimetière en 1187. Dans le château du commandeur il y avait une chapelle dédiée à saint Jean-Baptiste. On trouve François Arbert ou Arbant, chevalier, commandeur de Puy-Bonnieux en 1519. Anne de Veyrat aussi commandeur de Puy-Bonnieux, en 1649.

Ribière (La).
Termes (Les).
Tirvaillas.
Tuquet des Fossés.
Tuquet de la Garde.
Valette (La).
Veissière (La Grande).
Veissière (La Petite).
Vignes (Les).

Source : Dictionnaire historique et géographique de la Haute-Vienne, de l'Abbé André Lecler (1834-1920) - Archives 87