Bussière-Galant

La commune de Bussière-Galant fusionne au 1er janvier 1974 avec la commune de Saint-NicolasCourbefy (fusion-association, arrêté préfectoral du 15 novembre 1973) (note des Arch. dép. Haute-Vienne). 

BUSSIERE-GALANT, chef-lieu de commune du canton de Châlus, a 3 960 hect. de superficie et 2 569 hab. (recens. de 1906). Son altitude atteint 516 m au-dessus du niveau de la mer.
 

  • Histoire ecclésiastique

Bussière-Galant, appelée Bussière de Lastours en 1292, était un prieuré-cure dans l’ancien archiprêtré de Nontron, dont la fête patronale était l’ordination de Saint-Martin de Tours. Vers la fin du XVIIIe siècle il y avait 1 800 communiants (environ 2 400 habitants). Le prieur du Chalard y nommait les titulaires, ce que l’on constate en 1440, 1530, 1560, 1569, 1650, 1719, 1740, 1766.

Jean Saurin était curé de Bussière-Galant en décembre 1432. - Jean de Lastours, en 14... - Geoffroy de Lastours, en 1501 et 1502. - N… Gaslard mourut en septembre 1719 et fut inhumé dans l’église. - N… Delagarde, prieur en 1752. - N… Souffron, chanoine régulier de SaintAugustin, desservant la paroisse en 1756. - N… Mercier ou Merciel, nommé en 1759, mourut en septembre 1766. - Annet Heyriaud, nommé en 1766. - Jean-Joseph-Gaspard Mas, en 1777-1785. - N… Bonétie, mort en 1787. - Jean Chastaignon, mort en mai 1790. - Charles Romanet, qui était curé en 1790, subit la déportation en Espagne, en fut de nouveau curé après la Révolution jusqu’en 1809. - Léonard Deloménie, 1816. - Jean Segol, 1818. - N… Juge, y était en 1822 et 1825. - N… Silvain, en 1825. - N… Mergoux, fut nommé en 1830. - Eugène-Léonard Olivier, en 1849. - Elie Bonnet, en 1871. - Jean-Baptiste Mérigot, en 1892. - Auguste Chaput, en 1903.

L’église de Bussière-Galant fut en partie reconstruite en 1497. Le presbytère fut vendu pendant la Révolution, le 6 messidor an IV (24 juin 1796) pour la somme de 1 648 livres (Archives de la Haute-Vienne, Q 147.)

 

  • Histoire civile

Jeanne de Lastours, dame de Bussière-Galant, vendit cette terre à François, comte des Cars, le 4 novembre 1566 pour la somme de 12 000 livres. On trouve aussi que Jeanne d’Albret, héritière de la vicomté de Limoges avait vendu, le 5 juin 1566, à Charles Peyrusse des Cars, l’enclave de Bussière-Galant.

En 1765, Jean-Jacques Martin, écuyer, est seigneur de Beaumoulin et de Bussière-Galant. Ses armes sont écartelé, aux 1er et 4e d’azur à la tour d’or, aux 2e  et 3e de gueules à la face d’or.

 

  • Lieux-dits

Les villages de cette commune sont :

Arsac. Aurens était un prieuré appartenant à l’Artige, sous le patronage de saint Marc ; il fut, comme l’Artige uni au collège de Limoges. Le prieur de l’Artige y nommait un titulaire en 1561, 1568, 1578, 1581. Ceux dont on connaît le nom sont : Étienne Malaguiza, 1272. - Jean Mazeau, 1459. - Antoine de Montfabren. 1561. - Jacques Fagon, 1577 et 1578. - François Fagon, 1578 et 1579. - François Malevergne, 1687. - Pierre Crémoux, 1727 et 1785.

Bourdeix (Le), alias Saint-Pierre-Doria
Brumas.
Champbertie.
Charbonnier.
Chateaurenon.
Chausserie (La).
Chez Barbe.

Chez Bay.
Chèze (La).
Cluzeau (Le)
, dont était seigneur Pierre Bourgois en 1756.
Contantigne.
Dronne.
— Près de la source de la rivière du même nom. A l’est de ce village, au point trigonométrique 516, est la Pierre-folle.
Fauchie (La).
Fayolas.
Feyrière (La).
Fournial,
alias Les Fourniaux.
Gacherie (La).
Grange (La).

Jauffrenie (La) ou Joffrenie. — Jean Bourgeois, écuyer, acheta ce lieu en 1546 ; ses armes sont de sinople à trois lions d’or posés 2 et 1. En 1756 Pierre Bourgeois était seigneur du Cluzeau et de Jauffrenie.
Lande (La).
Landes (Les).
Lécuras.
Léraudie.

Maisons (Les).
Mazaudran.
Mazet (Le).
Mendieras.
Montcessaux.

Moulin-Bâti. — Martial Bouchaud, écuyer, était seigneur du Moulin-Bâti en 1576. Ses armes sont d’or au lion d’azur lampassé et couronné de gueules, sur une terrasse de sinople mouvant de la pointe. Est passé ensuite dans la famille Chouly de Permangle dont les armes sont d’azur à la fasce d’argent, surmontée de trois fleurs de pavot de même, et une feuille de châtaignier d’or en pointe.
Moulin-Neuf.
Peyrussas.
Peyrussas (Moulin de).
Peytourelle.
Renaudie (La).
Reyne (Moulin de).
Rivailles (Les).
Saint-Pierre-Doria,
alias Le Bourdeix.
Tenaille (La).
Tuilière (La).
 

Source : Dictionnaire historique et géographique de la Haute-Vienne, de l'Abbé André Lecler (1834-1920) - Archives 87